Je veux refondre le site web de mon hôtel. Trois pièges à éviter (1/3)

La différence entre un site web vendeur, qui rapportera 30 à 50% de vos réservations totales, et un site web « ventre mou », c’est La qualité du travail que vous allez réaliser et le budget que vous allez consacrer. Construire un site web demande du temps, une vraie réflexion marketing et c’est très structurant.

Penser que quelques heures de travail et trois à cinq mille euros de budget, vous permettront d’atteindre votre objectif web est une fausse idée.

Voici trois pièges à éviter qui illustrent ce propos. Cet article est le premier des trois volets consacrés au même sujet : Quels pièges éviter pour réaliser un site web vendeur ?

Etre au clair avec son positionnement et sa différenciation

Si je ne suis pas capable de dire en une phrase quelles sont les différences de mon hôtel, c’est que je n’ai pas une idée claire de ce qui fait la différence entre mon produit et ceux de mes concurrents.

Et cela se verra sur mon site web !

Cette différence, doit être perçue après 20 30 secondes de visite de votre site web. Ce sont le design, la charte graphique, le logo, les photos qui parlent plus que le texte. C’est de la mise en scène.

Ainsi, la première chose que doit comprendre votre agence, c’est ce qui valorise votre positionnement. Si c’est question n’est pas résolue rapidement, votre site web aura toute les chances de ressembler à celui de n’importe quel autre hôtel : il aura le « ventre mou ».

Partir dans la construction d’un projet web sans avoir une idée claire du positionnement de l’hôtel et de sa stratégie marketing va conduire à compliquer ou rendre incertain la conduite du projet. Des questions ne seront pas résolues et les directions prises se feront de façon plus ou moins intuitive, à défaut d’être appuyées par une vraie stratégie de conquête de marché.

Attendre d’avoir une idée claire de l’architecture et du maquettage du site web pour lancer le shooting photos

Si je ne sais pas précisément quelles photos doivent être shootées pour alimenter quelles zones de mon site web, comment mon photographe pourra le savoir ?

Sur le web, c’est principalement avec la photo que l’on vend la chambre et ensuite avec un prix attractif. Donc sans photo convaincante et séduisante, ce sera difficile.

Même si votre photographe, qui sera de préférence spécialisé dans le secteur HR, est talentueux, il sera moins performant s’il n’a pas d’information.

Il doit en effet connaître la place de chaque photo sur votre site web, le style, l’esprit de votre site web. Quelle histoire est racontée. Le photographe est un caméraman et il ne fera un bon film qu’avec le metteur en scène qui lui donnera une direction claire. Le metteur en scène c’est l’agence qui doit effectuer un brief précis de ce qui est attendu.

Commencer le lancement de son projet web par un shooting est donc mettre « la charrue avant les bœufs ». Je vois souvent ce cas ce produire et cela conduit régulièrement à commander un shooting complémentaire car des photos sont manquantes ou bien ne correspondent pas à la « température attendue ».

Ainsi, ce n’est que lorsque la charte graphique du site, que son architecture sont définis et que l’on dispose d’une maquette de chaque page, que le shooting peut être commandé.

Confier la rédaction à un professionnel du web qui connait votre hôtel

Si je ne sais pas précisément quelles informations ajouter à une photo pour vendre une chambre et si je ne connais pas les règles de rédaction sur le web pourquoi me lancer ?

Je rencontre souvent deux erreurs classiques dans les moyens utilisés pour rédiger les textes du site web :

  • La rédaction est effectuée par l’hôtelier
  • La rédaction est confiée à un journaliste ou un rédacteur professionnel

Le résultat est dans le premier cas une tendance à sur vendre son produit et le recours à un auto jugement qui pourrait être pris avec recul par le client : « Le luxeux et sophistiqué hôtel ../.. est un des joyaux de la capitale ». « La décoration majestueuse de ses chambres ../.. apporte une sensation de pure sophistication ».

Dans le second cas, on peut tomber dans une tendance à la romance qui n’est pas spécialement le style correspondant à l’attente de l’internaute. Il veut des informations courtes, simples et factuelles. La démonstration sur le web ne se fait pas par la déclaration mais pas l’image et le prix. Le texte vient seulement en appoint informatif.

Enfin, les règles de rédaction d’un texte de page obéissent à la stratégie sémantique définie pour chaque page. Ainsi, si vous avez un hôtel 4* avec Spa en auvergne, le texte de la page « Spa » devra comporter des mots clés suivant un champ sémantique précis qui sera repris dans l’url de la page, son titre, ses sous-titres, son résumé de page, etc.

Laissez donc votre agence prendre en charge la rédaction finale mais un travail de collaboration avec elle est nécessaire pour une rédaction optimale.

 

 

En résumé :

  • Il sera préférable de savoir avec exigence en une phrase pourquoi mes clients viennent dans mon hôtel plutôt que dans celui de mon concurrent.
  • Mieux vaut avoir une vision très claire de chaque page que composent mon site web et bien expliquer à mon photographe quelle photo je vais y trouver pour remplir quel objectif.
  • Fournir à mon agence les informations utiles et seulement les informations utiles pour les textes et travailler en collaboration avec elle, s’avèrera payant.

Au final, je dois me poser la question : Quelle énergie et budget vais-je dépenser pour montrer mon hôtel au monde entier ?